La Langue des Cygnes

Spectacle actuellement en création.

Sortie du spectacle en 2023

Vitrines de Recherches Disponible

Voir dates en bas de page.

Laurie Cannac, marionnettiste spécialisée dans la marionnette de corps et Andy Scott Ngoua, danseur-chorégraphe, se sont donnés comme objectif de trouver le point de fusion entre danse et marionnette. Ils vous invitent à partager leur parcours de recherche en improvisant des performances, en vitrine, dans lesquelles chaque art fait un pas vers l’autre.

(c) Paxkal INDO

La Langue des Cygnes – Création (2023)

Rencontres cinétiques

L’idée est de partir de la langue des signes pour construire un langage visuel original incluant le jeu, la danse et la marionnette. Au début du spetacle, les signes de la mère interagiront avec le corps du danseur, représentant la toute puissante maternelle sur le jeune enfant,.  Ses mains parlantes surdimensionnées par la projection tantôt joueront avec lui, tantôt se joueront de lui, aimantes,  puis façonnantes, et enfin violentes quand, sous la pression sociale, elle rejette son propre enfant. 

C’est quand ce dernier fugue qu’un dialogue subtil s’établit entre l’image lointaine de la mère et son fils, exprimé par le dialogue entre graphisme de la langue maternelle et mouvements du danseur.  Puis lorsque le petit canard se retrouve tout à fait esseulé, c’est lui qui reprendra sa langue, dans une danse-signe expressive pour tout le public, sourd ou entendant.

Tout au long du spectacle, la marionnette tantôt marionnettisera les signes, tantôt s’en inspirera, tantôt leur substituera son propre langage visuel. La nage, quant à elle, matière où le caneton excelle est représentée par la danse, car c’est cette passion en lui qui le fera renaître cygne.

Personnages et identification

Les rencontres du Vilain Petit Canard apparaissent sous forme de marionnettes de corps, quelquefois animales, mais lui-même garde l’apparence humaine d’un bout à l’autre, ainsi que sa mère, afin de faciliter le processus d’identification du public. Constatant que les enfants saisissent de moins en moins les symboliques, nous soulignons ici le fait que cette histoire est celle d’un petit garçon, en rupture familiale et sociale. 

La mère sera projetée en gros plan sur une toile couvrant presque tout le fong de scène tout au long du premier tableau. Outre le fait que ce procédé modifie les proportions et aide à voir le danseur comme un nouveau-né, il s’inspire du fait que le gros plan ranime en nous une mémoire infantile: l’image de la mère penchée sur le berceau.  De plus, il matérialise la toute puissance de la mère sur le psychisme de son enfant.

Langue visuelle et langue sonore

Il ne s’agit pas de traduire un texte écrit en langue des signes, mais d’élaborer une écriture visuelle, en collaboration étroite avec Virginie Lasilier et le traducteur. C’est la poésie des signes qui nous intéresse ici. Par conséquent, la langue orale ne saurait à son tour la traduire mot à mot.

Date de performance : Les Vitrines de Recherches:

  • les 15, 16 et 17 juillet 2021 Les 2 Scenes, au conservatoire de Besançon, 25000
  • les 17 , 18 et 19 septembre 2021 au Festival Mondial des Théâtre de Marionnettes, Charleville-Mézières, 08000.